Arnaque aux panneaux solaires (rien à voir avec les petits bateaux).

Pour se présenter, discuter de modélisme naval ou d'autres choses, c'est ici. Attention nous sommes au Yacht Club. La camaraderie n''exclue pas une certaine tenue : les hurlements et les "engueulades" seront mal jugés, mais on peut prendre un verre au bar.
Avatar de l’utilisateur
JiPeheL
Modérateur
Messages : 1860
Inscription : 30 mai 2011, 22:20
Localisation : 78490 ou 22430
Contact :

Arnaque aux panneaux solaires (rien à voir avec les petits bateaux).

Message par JiPeheL » 17 mars 2019, 16:13

Bonjour à tous.

Comme beaucoup d'entre vous peut-être, j'ai été sollicité par un "commercial" qui voulait me faire installer des panneaux solaires sur ma maison. C'est impossible pour l'instant car j'habite dans le périmètre d'un site classé monument historique et j'ai déjà eu maille à partir avec les ABF pour construire une véranda côté jardin et même pas visible de la rue. Alors, des panneaux solaires sur le toit, même pas en rêve, du moins légalement.

Il faut que vous sachiez aussi que je suis syndic bénévole d'une copropriété à Paris, idéalement située, façade plein sud sans vis à vis où j'ai fait installer des panneaux solaires (en 2010) pour une puissance crête de 8,4 kW. De plus, mon fils ainé est dirigeant d'une entreprise impliquée dans le secteur de l'électricité verte et distribue ce genre de produit. Je connais donc tous les dessous de l'affaire aussi bien du côté utilisateur que du côté fournisseur.

Comme il insistait lourdement, je lui ai accordé un RV pour entendre ses boniments et c'est particulièrement édifiant. Cette expérience peut servir à tous et c'est pourquoi je la relate ici.

Il a commencé par me débiter une longue tirade sur la transition écologique, des "nombreuses" aides dont on peut bénéficier et de l'intérêt économique de l'affaire : "je n'aurai plus de facture d'électricité à payer" (sic).

1°) Architecture. Il n'avait pas l'air au courant et je lui ai donc indiqué qu'on est dans le périmètre d'un site classé, ce qui ne l'a pas inquiété le moins du monde, prétendant qu'une dérogation est accordée systématiquement. C'est faux. Il faut demander l'avis des ABF (Architecte des Bâtiments de France) qui ne l'accordent pas (voir mes problèmes de véranda) alors que c'est indispensable à l'instruction de la déclaration de travaux (alias permis de construire").

2°) Transition écologique et aides. Les aides ne sont pas nombreuses et très limitées. Pour la Copro, j'avais obtenu de la Région une subvention d'un peu plus de 8000 € (pour 44000 investis) et ça a sérieusement chuté depuis si toutefois ça existe toujours. J'avais aussi bénéficié de la déduction fiscale correspondant à la part des locaux que j'y possède, par déduction sur les loyers mais ça ne marche que si on y a des revenus locatifs donc zéro pour les propriétaires résidents. Donc prétendre que l'Etat paye au moins la moitié de l'installation, c'est faux. En réalité, la prime d'Etat est d'un peu plus de 1000 € pour une installation de 3 kWc, payée en 5 ans...

3°) Intérêt économique. En 2010, les contrats de revente à EDF-OA étaient de 59 centimes par kW/h sur 20 ans mais les panneaux de l'époque étaient chers (950 € pièce pour 290 W crête). Aujourd'hui, le prix de rachat par EDF-OA est inférieur à 20 centimes et seulement indexé sur l'inflation et pas le prix de l'énergie électrique, voire moins en revente du surplus d'autoconsommation. Voir https://particuliers.engie.fr/electrici ... icite.html pour les détails. En contrepartie, les panneaux sont beaucoup moins chers et ont un rendement légèrement supérieur, ce qui n'a d'intérêt que si l'on dispose de peu de surface bien exposée. Dans l'entreprise de mon fils, le panneau de 260 Wc silicium monocristallin est vendu 226,80 €TTC et le contrôleur de charge un peu plus de 200 €. Ce matériel n'est pas destiné à l'injection réseau mais à la production autonome pour sites isolés avec batterie tampon (en fait le cœur de métier de son entreprise) et il n'y a donc pas de service de pose, juste, en option, une assistance/conseil à la mise en service. Le prix des injecteurs réseau étant supérieur à celui des contrôleurs de charge, une installation de 3 kWc revient à environ 3500 € maximum avec le matériel nécessaire à la pose (profilés alu, fixations, étanchéité), PRIX PUBLIC, et occupe environ 20 mètres carrés. Poser ça sur un toit pas trop haut se fait, à deux, en une journée bien remplie, ou deux jours sans forcer, soit au maximum environ 1700 € de main d’œuvre. Le prix de revient total d'une installation posée est donc d'environ 5200 € MAXIMUM, sans les batteries. Pour une installation raccordée au réseau, ce sera un peu plus cher car il faut une visite du CONSUEL (payante, environ 200€) et des frais de raccordement Enedis variant en fonction du compteur (moins cher avec LINKY car ce compteur sait faire la différence entre l'injecté et le consommé et le facture différemment).

Le gugusse m'a proposé l'installation pour 27500 €. Excusez du peu... Comme je tiquais un peu, il me consentait une "remise exceptionnelle" à condition que je laisse un panneau publicitaire pour son entreprise, à 24000 € soit encore plus de 4 fois le prix public du matériel et de la pose. Et il ne mentionnait pas la visite du CONSUEL ni le raccordement au réseau (sur la copropriété, j'en avais eu pour 525 €). C'est, ni plus ni moins, de l'escroquerie. Il prétendait tout de même que ça effacerait en grande partie ma consommation d'électricité. C'est faux. Dans la copropriété, la moyenne annuelle est de l'ordre de 6400 kW/h pour 8,4 kWc. Le maximum atteint a été de 6,2 kWc, un jour d'ensoleillement exceptionnel mais frais avec un ciel très clair. Au tarif de rachat actuel, une installation de 3 kWc ne rapportera donc que de l'ordre de 500 € par an (net d'impôt). Faites vos calculs... à 24000 €, c'est 48 ans. Les panneaux et l'onduleur seront HS bien avant.

En conclusion, si vous êtes sollicité, notamment par téléphone, par une de ces entreprises véreuses, raccrochez. Si vous voulez vous amuser un peu, faites venir un "commercial" (en réalité escroc professionnel), laissez le faire son baratin, récupérez son devis, foutez le dehors et faites un signalement à la DGCCRF ( https://www.economie.gouv.fr/dgccrf ) ou à la DDCCRF du siège de l'entreprise pour tentative d'escroquerie en bande organisée, un délit pénal qui peut leur valoir jusqu'à 5 ans de prison et 375000 € d'amende pour les personnes physiques et 1875000 € pour les personnes morales. Voir articles 313-1, 313-3, 131-39 et 132-71 du code pénal. A titre d'exemple ENGIE, une société présumée sérieuse mais dont la renommée n'est pas basée sur la philanthropie, propose "l'installation solaire complète à partir de 7000 €", mais pour seulement 1,8 kWc si on sait lire entre les lignes.

Si vous avez des questions d'ordre général, vous pouvez les poser ici. Pour les questions particulières, je peux éventuellement répondre par MP.
Cordialement, JiPeheL
Bien faire et laisser braire.

Avatar de l’utilisateur
JiPeheL
Modérateur
Messages : 1860
Inscription : 30 mai 2011, 22:20
Localisation : 78490 ou 22430
Contact :

Re: Arnaque aux panneaux solaires (rien à voir avec les petits bateaux).

Message par JiPeheL » 19 mars 2019, 00:00

re...

Si vous voulez connaitre l'ampleur de ces arnaques qui ruinent des gens simples et naïfs, faites une recherche Gogole avec "arnaque panneaux solaires".... 227000 liens.

Un ami m'a appelé pour me parler des pompes à chaleur qui ont le même pouvoir attractifs des escrocs de tout poil. J'en ai une pour chauffer mon sous-sol / atelier. J'en parlerai un peu plus tard car, bien évidemment, les bonimenteurs rivalisent d'imagination pour vous faire croire aux miracles.

Eh bien non, une pompe à chaleur, ce n'est pas miraculeux et je vous expliquerai pourquoi53
Cordialement, JiPeheL
Bien faire et laisser braire.

Avatar de l’utilisateur
JiPeheL
Modérateur
Messages : 1860
Inscription : 30 mai 2011, 22:20
Localisation : 78490 ou 22430
Contact :

Re: Arnaque aux panneaux solaires (rien à voir avec les petits bateaux).

Message par JiPeheL » 11 avr. 2019, 11:19

Bonjour.

Je reviens sur les pompes à chaleur. Comme je l'écrivais dans le message précédent, j'ai installé (moi-même *) une pompe à chaleur pour chauffer le sous-sol/garage/atelier de ma maison. C'est une pompe air-air d'environ 3,5 kW avec un COP d'environ 3,5, ce qui veut dire que pour une puissance électrique absorbée de 1kW (c'est sa puissance nominale), elle restitue 3,5kW de chaleur. C'est une PaC moderne avec compresseur à vitesse variable dite "Inverter".

Cette chaleur est prélevée dans un échangeur extérieur avec une différence de température entre l'air ambiant et l'air sortant d'environ 5°C. Et c'est justement là "que le bât blesse" et que les vendeurs omettent soigneusement de préciser. En effet, l'air, selon la saison et la température, contient systématiquement en suspension plus ou moins de vapeur d'eau et, si la température ambiante est inférieure à 5 ou 6 °C, l'humidité contenue dans l'air givre et bouche le passage de l'air dans l'échangeur.
pompachaleur.jpg
pompachaleur.jpg (91.73 Kio) Consulté 282 fois
La pompe continue à fonctionner en prélevant des calories dans la glace ainsi formée mais le rendement baisse considérablement : l'air sortant de l'échangeur intérieur baisse de 35 à 25°C et devient intermittent. Je n'ai pas mesuré la consommation électrique dans ces conditions mais compte tenu de la fréquence de mise en route du compresseur et du peu de chaleur restituée, j'arrive à me demander s'il ne vaudrait pas mieux mettre un radiateur électrique à l'intérieur et arrêter la pompe.

En résumé : une pompe à chaleur, c'est bien en appoint et si la température ambiante ne descend pas trop souvent en dessous de 6°C, ce qui est le cas en région parisienne. Dans les régions froides, le Jura par exemple, mieux vaut ne pas y penser...

*) A l'époque où j'ai installé cette pompe, le recours à un professionnel n'étais pas obligatoire pour la mise en service alors que ça l'est aujourd'hui (compter 200 à 250 €). Ca ne m'a pas empêché de faire l'installation correctement : Les pompes sont livrées avec plus de gaz que nécessaire et il n'y a pas besoin d'en rajouter. Il suffit de tirer au vide le plus possible les canalisations et l'échangeur intérieur avant d'ouvrir l'unité extérieure. Pour ça, j'ai utilisé un compresseur de réfrigérateur de récupération, côté aspiration bien sûr. En pompant le temps suffisant pour que la dépression se stabilise (2 à 3 minutes), en surveillant avec un dépressiomètre, ça fonctionne parfaitement. Les pros ne font pas autrement et il est rarissime qu'il soit nécessaire de rajouter du gaz. Ne pas hésiter à serrer fort les raccords : il n'y a pas de joint et l'étanchéité est assurée par la déformation du cuivre. ;)

Nota : une pompe à chaleur "inverter" de cette puissance coûte environ 600 à 700 €. Il faut en plus un kit d'installation, essentiellement de la tuyauterie cuivre gainée. Compter 50 à 100 € mais c'est souvent inclus dans le prix de la pompe, kit "prêt à poser".
Cordialement, JiPeheL
Bien faire et laisser braire.

Répondre