VOILIER RC ET MOTEUR

Tout ce qui concerne les modèles à propulsion "propre".
PAQUITO50
Messages : 1
Inscription : 15 juin 2019, 10:18

VOILIER RC ET MOTEUR

Message par PAQUITO50 » 21 juin 2019, 16:28

Bonjour, j'ai récupéré une coque de classe M en résine qui ne fera jamais de régates (128 cms, 5 kgs et 35 cms au maitre-beau donc trop lourd et trop large). Je l'ai équipé en voiles creuses (jeu A) et de la mécanique indispensable.
Je souhaite le faire naviguer sur la Charente, en ville : zone très large, quais, pontons de mise à l'eau et courant faible. Cependant, si je ne veux pas retrouver mon voilier à Rochefort, en cas de chute de vent ou d'avarie,je souhaite l'équiper d'un petit moteur éléctrique pour le ramener au port.
Questions :
- puis-je alimenter ce moteur avec le même accus que le récepteur (Nimh 1600 mah, 6 V) avec la mise en place d'un Y. Autonomie ?
- J'ai une radio protronik 6 voies programmables. Le manche de gauche est utilisé pour choquer ou border les voiles (vertical) ; le manche de droite dirige le safran (horizontal). Puis-je utiliser ce manche (verticalement) pour la marche en avant, arrêt moteur (neutre) et marche arrière.
- quel moteur utiliser ? 5000 t/minute ?
- Un contrôleur peut-il régler le problème de marche avant, arrière et arrêt. Dans la négative, quelle bidouille ? J'avais vu sur ce forum un vieux marin qui avait bidouillé un dispositif avec un servo. Mais je n'arrive pas à le retrouver (barbe, casquette de marin et peut-être belge, si vous le connaissez...)
- Quelle hélice utiliser ?

Et si vous avez d'autres conseils, je suis preneur. Cordialement.

Avatar de l’utilisateur
JiPeheL
Modérateur
Messages : 1888
Inscription : 30 mai 2011, 22:20
Localisation : 78490 ou 22430
Contact :

Re: VOILIER RC ET MOTEUR

Message par JiPeheL » 21 juin 2019, 19:28

Bonjour.
- puis-je alimenter ce moteur avec le même accus que le récepteur (Nimh 1600 mah, 6 V) avec la mise en place d'un Y. Autonomie ?
Techniquement, rien ce s'y oppose mais ce n'est pas une bonne solution car la puissance fournie est trop faible pour un bateau de cette taille et de ce poids.

Comme vous ne ferez pas de compétition et donc que le poids n'est pas un handicap, la meilleure solution est de mettre un petit moteur brushless de l'ordre de 100W (ce qui serait déjà un assez gros moteur à balais, taille 600). Avec un accu "confortable" 3S (12V environ) et 2200 mA/h et un contrôleur (ESC) pourvu d'un BEC, vous n'auriez plus besoin de vos NiMh pour un poids à peu près équivalent.

On trouve ce genre de moteur en provenance directe de Chine pour moins de 5 € port compris (chercher moteur brushless 2212). L'ESC (il faut un 30 A) vaut un peu plus cher, de l'ordre de 12 à 15 € et un accu 2200mA/h 3S, qui vaut moins de 10 €. Là, il faut compter le port mais il existe au moins un fournisseur qui a un entrepôt en Europe et le port des de l'ordre de 9€. Bien évidemment, il faut un chargeur spécial pour ce type d'accu mais on en trouve à partir de quelques €. AMHA, il vaut mieux investir un peu plus et un de ceux qui ont le meilleur rapport qualité/pris est le iMax B6 AC que l'on trouve pour un peu plus de 22 € et qui fonctionne sur secteur. Si vous avez déjà une source de 12 V stable (accu de voiture par exemple), vous pouvez choisir le iMax B6 qui vaut encore moins cher.
J'ai une radio protronik 6 voies programmables.
Parfait.
Puis-je utiliser ce manche (verticalement) pour la marche en avant, arrêt moteur (neutre) et marche arrière.
Oui, bien sûr.
- quel moteur utiliser ? 5000 t/minute ?
La vitesse de rotation d'un moteur dépend d'abord de la tension d'alimentation et d'une caractéristique appelée kV (~coefficient de vélocité) qui est un nombre de tours/ minute par volt. Un moteur avec un kV de 1000 tournera donc à 12000 t/mn alimenté en 12V.
Pour votre application, vous aurez intérêt à prendre un kV assez faible (900 ou 1000) pour mettre une hélice plus grande. En première approximation, une hélice tripale de 40mm devrait convenir.
Un contrôleur peut-il régler le problème de marche avant, arrière et arrêt ?
Oui, c'est fait pour. S'il est prévu pour un bateau, il faut un refroidissement par eau (une simple écope dans le flux de l'hélice). Sinon, vous pouvez utiliser une ESC pour voiture mais ils sont un tout petit peu plus chers et risquent de souffrir d'être enfermés. Ne pas utiliser un ESC pour avion même si le prix est tentant. Ils n'ont jamais de marche arrière. :mrgreen:
J'avais vu sur ce forum un vieux marin
Albertus ? Pas vraiment marin. :lol: Il travaillait dans l'imprimerie.
Cordialement, JiPeheL
Bien faire et laisser braire.

Avatar de l’utilisateur
Denis26
Messages : 77
Inscription : 05 avr. 2017, 18:22
Localisation : Lapalud 84840
Contact :

Re: VOILIER RC ET MOTEUR

Message par Denis26 » 22 juin 2019, 11:14

bonjour

motoriser un M est une mauvaise idée, la forme de la coque ne s'y prête pas du tout et c'est un voilier fait pour naviguer avec le vent, sur un plan d'eau en général sans courant ou très léger

ton bateau peut régater, il suffit d'adapter les voiles aux conditions de vent, nous régatons avec différentes configurations de M ici, certes les "vieux M" sont moins performants que les dernières coques carbone kevlar, mais pas ridicules, et parfois il suffit d'un virement de bord loupé pour être à la queue, le modélisme ne se résume pas uniquement à la compétition, heureusement, sinon il n'y aurait plus personne depuis longtemps, mais plutôt au plaisir de se retrouver et se confronter avec ses propres armes en tout amitié.

comme penses tu installer le passage d'hélice entre la dérive et le safran qui est mobile à l'arrière de la coque, sauf à mettre un Kort qui fait les deux peut être, mais ce ne serait plus un M mais un hybride, qui dans les deux cas ne fonctionnerait pas, à la voile il serait freiné voir in-pilotable, parce que trop lourd et cet appendice risque fort de le freiner, en tout cas nettement moins performant que dans sa configuration d'origine, et au moteur certainement pénalisé par ses voiles qui sont quand même le moteur du bateau, sans parler l'ajout de poids du au moteur, variateur et accus supplémentaires

gardes ton M en état, fait toi plaisir avec, ce sont de bons voiliers, et construit un bateau de récupération, type Springer par exemple, si çà peut te rassurer, mais contre le courant d'une rivière mis à part le zodiac pas grand chose n'existe pour aller à l'encontre de la force de l'eau, surtout si le bateau en perdition est équipé de voiles.

bienvenu au club, nous avons tous plus ou moins des idées à exprimer, çà fait avancer et parfois débouche sur des choses géniales………………….

Avatar de l’utilisateur
JiPeheL
Modérateur
Messages : 1888
Inscription : 30 mai 2011, 22:20
Localisation : 78490 ou 22430
Contact :

Re: VOILIER RC ET MOTEUR

Message par JiPeheL » 22 juin 2019, 12:25

Bonjour.

Je ne partage pas complètement l'avis de Denis dans ce cadre particulier : naviguer tout seul en rivière.

En général, les "M" ont un gouvernail "suspendu" (c.a.d. qu'il n'est pas accolé à la dérive pour une meilleure efficacité°. Il est donc possible d'installer un tube d'étambot, dans l'axe, entre la dérive et le gouvernail mais la place manque souvent en longueur. Si ce n'est pas possible, et ça se fait sur les bateaux réels, on peut installer le tube d'étambot sur le côté. C'est dissymétrique mais ça fonctionne quand même.

Pour réduire la trainée si on veut faire une régate, il suffit simplement de retirer l'hélice. C'est ce qui se fait par exemple en régate NSS. Ce n'est pas le petit surpoids du moteur et du tube (environ 50 g pour le moteur et à peu près autant pour le tube d'étambot) qui va dégrader sérieusement la compétitivité d'un bateau de 5kg. On peut même, en course, retirer aussi le moteur et remplacer l'accu par un plus petit (un 2S 1300 mA/h par exemple, environ 80g) avec un convertisseur abaisseur (15g). :lol:
Cordialement, JiPeheL
Bien faire et laisser braire.

Avatar de l’utilisateur
Denis26
Messages : 77
Inscription : 05 avr. 2017, 18:22
Localisation : Lapalud 84840
Contact :

Re: VOILIER RC ET MOTEUR

Message par Denis26 » 22 juin 2019, 14:18

oui, çà c est de la théorie, mais en pratique ce serait mutiler le voilier d'une part, et enlever, remettre le moteur ou l'hélice quel en est l'interet, sans compter le risque d'entrée d'eau par l'étambot

un voilier est fait pour naviguer avec ses voiles et le vent, il est vrai qu'en grandeur certains sont équipé d'un moteur pour manœuvrer dans les ports, mais ce n'est pas çà qui les sortira d'un mauvais pas!

quand aux écarts de poids, la trainée due à un étambot, les quelques grammes que l'on déplace dans la coque au grès de ses besoins, çà se ressent en navigation, dans mon Tuiga suivant l'endroit ou je place mon pack de lipos le comportement n'est pas le même, il doit faire une centaine de grammes pour un bateau de 11.5 kg, sur un M c'est encore plus sensible, mais c'est effectivement une option, on peut aussi ajouter des pédaliers dans un avion pour produite de l'électricité, le voyage paraîtra moins long.


pour conclure naviguer en rivière avec un bateau qui n'est pas conçu pour, c'est un peu chercher les ennuis, immanquablement çà se terminera par la perte du bateau.

Avatar de l’utilisateur
JiPeheL
Modérateur
Messages : 1888
Inscription : 30 mai 2011, 22:20
Localisation : 78490 ou 22430
Contact :

Re: VOILIER RC ET MOTEUR

Message par JiPeheL » 22 juin 2019, 15:48

re...

Autre option pour naviguer tout seul en rivière : Acheter un bonne canne à lancer et s'exercer à viser juste avec un poids et un croche au bout du fil.

Pour être efficace, il faut beaucoup d'entrainement. Dans un club que je fréquente, il y a un gars très doué pour ça mais son autre passion est la pêche sportive à la mouche. Ceci explique cela. :lol: Le crochet est équipé d'une balle de ping-pong pour rester en surface.

Personnellement, même si je suis équipé comme un certain nombre de modélistes, d'une canne à lancer avec poids et crochet (ça sert AUSSI en étang, voir viewtopic.php?f=42&t=606&p=3920&hilit=s ... mace#p3920), mon efficacité à ce genre d'exercice est assez limitée.

Si, comme moi, vous avez beaucoup de progrès à faire pour la pêche au lancer, il y a une autre solution d'ailleurs esquissé dans le message cité ci-dessus, c'est d'avoir un autre bateau, à moteur, pour récupérer celui qui est en panne. Le Springer seul n'est pas une bonne option : il est très difficile, surtout avec du courant, de manœuvrer pour ramener un bateau à la berge en le poussant. Tous ceux qui on joué au "football" avec un Springer me comprendront. A défaut de la canne à lancer et de la dextérité nécessaire, on attache un fil au bateau récupérateur, on va faire une boucle autour du bateau à récupérer et on ramène le tout en tirant sur le fil. ;)

J'ai donné les indications pour répondre à la question posée. Les mises en garde de Denis sont aussi à prendre en compte. Après c'est à chacun de mesurer ses compétences et de faire le choix qui lui parait le plus judicieux en toute connaissance de cause.
certains sont équipé d'un moteur pour manœuvrer dans les ports, mais ce n'est pas çà qui les sortira d'un mauvais pas!
Ben si, justement. Une précision pour les bateaux "grandeur" : dans ma jeunesse, j'ai connu un gars qui possédait un Sangria (un voilier "Harlé" à cabine de 7m60). Il était équipé d'un moteur de 10CV. Aujourd'hui, tout au moins dans mon coin de Bretagne (22430) où il y a de forts courants de marée, les bateaux de la même taille ont couramment des moteurs nettement plus puissants, jusqu'à 25CV. Devinez pourquoi... Nota : la législation (sauf modification depuis les années 70 ou erreur de ma part) considère qu'un bateau reste un voilier tant que la puissance du moteur (en CV) reste inférieure à la moitié de la surface de voiles au portant (en m²). Le Sangria a 53 m² au portant...

L'Hermione est équipée de deux moteurs de 300 kW (~ 400CV) qui lui permettent de naviguer à 7 nœuds à mi-puissance et d’étaler des vents jusqu'à 50 nœuds à pleine puissance : https://www.hermione.com/media/chroniqu ... 112013.pdf
Cordialement, JiPeheL
Bien faire et laisser braire.

Répondre